25 juillet 2009 6 25 /07 /juillet /2009 12:00

MONtaigne DIButadif

 

installation
 
Cette installation est une invitation à vivre l’expérience d’une phrase de Montaigne : « Je ne peints pas l’être, je peints le passage. »[1]. Une idée qui trouve son prolongement dans Histoire Naturelle[2] de Pline, où la fille du potier Butadès voulant conserver l'image de son fiancé, fixa à la lumière d'une lanterne les contours de l'ombre projetée de son ami sur le mur.
 
Montaigne Dibutadif permet de saisir picturalement la présence d'un corps impressionné dans la phosphorescence. Son apparition - surgissant à l’aide d’un flash - puis sa disparition amènent le spectateur à expérimenter la fugacité du temps.
 
 

 
Montaigne dibutadif - vidéo du principe de l'installation - durée : 0'41"

 
[1] Montaigne Michel Eyquem de – Essais – 1595 - rééditions Gallimard, la Pléiade - 1950- Livre III, chap.2, du repentir  «  Je ne peints pas l’estre. Je peints le passage : non un passage d’aage en un autre, ou, comme dict le peuple, de sept ans en sept ans, mais de jour en jour, de minute en minute. Il faut accommoder mon histoire à l’heure. » p.899 - éditions la Pléiade 1950.
[2] Pline (23 – 79) - Histoire naturelle, Livre XXXV, § 151 et 152

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Francine Flandrin F2